Pourquoi une pierre tombale ?

Une pierre tombale est un monument funéraire en pierre. Elle comporte typiquement le nom de la personne enterrée, ses dates de naissance et de décès, ainsi parfois qu’un message personnel ou une prière appelé épitaphe. Lorsqu’elle est placée debout à la tête d’une tombe on parlera plus précisément d’une stèle.

Une dalle funéraire, appelée aussi dalle tumulaire, est une plaque, le plus souvent de pierre et posée au-dessus d’une sépulture, notamment dans le dallage d’une église ou sur un mur, et portant en général une épitaphe ou une effigie gravée.

L’histoire de la pierre tombale

Pierres Tombales

La pierre tombale, dans sa forme la plus littérale, existe depuis des milliers d’années. Certains sites archéologiques montrent que l’homme Neandertal a été enfoui dans des fosses au plus profond des grottes.

En ces temps-là, les pierres tombales servaient à protéger le corps du défunt des animaux sauvages. Cette pratique dure pendant de nombreuses années et placer des pierres en dessus de la tombe est devenu une sorte de tradition qui n’a pas toujours été confirmée.

De plus, les superstitieux croyaient qu’en agissant de la sorte, ils empêchaient les morts de revenir à la vie.

Pierre tombales : Les différentes appellations

Les différentes appellations des pierres tombales

Avant d’être définitivement appelées pierres tombales, elles sont d’abord passées par plusieurs appellations.

Cependant, le nom faisait toujours allusion à la pierre tombale.

Par exemple, à un moment donné, on parlait de monuments funéraires. Mais il y a aussi des noms qui sont très éloignés de l’expression, comme « marqueurs commémoratifs » ou « pierres tombales de compagnie » ou encore « doubles marqueurs profonds » et « pierres tombales pour deux ».

Les pierres tombales

Les pierres tombales revêtent depuis toujours une très grande importance. Même si les divers buts recherchés par l’homme à l’époque du Neandertal et de nos jours sont assez différents, le sens des pierres tombales reste toujours important.

Les pierres tombales sont aujourd’hui le meilleur moyen d’honorer la personne disparue en évoquant sa vie ou son statut dans la société sur la stèle.

Cependant, la tradition a beaucoup évolué selon les pays et les générations qui se succèdent. Elle concerne notamment la forme de la sépulture tombale, laquelle est de plus ou plus dictée par les différentes coutumes que pratiquaient les habitants.

Chez les Japonais par exemple, la tradition veut qu’on construise la pierre tombale après le mariage de deux personnes. Quand l’un d’eux décède, c’est l’autre qui peint en rouge les initiales du défunt sur la stèle.

Le concept du cimetière

Au début, les tombes étaient implantées près de la maison familiale. En ces temps-là, les matières utilisées étaient surtout des pierres rugueuses ou des marqueurs en bois. Les stèles ne citaient que le nom des personnes, l’âge et l’année de leur mort. Quand l’église a reconnu l’enterrement, il a été inscrit dans le rite funéraire.

Les sépultures et cimetières sont progressivement devenus pratique courante, que ce soit dans ou en dehors des rites funéraires des églises. Les monuments de pierre tombale étaient généralement carrés et élancés, en grès ou en ardoise.

Composition d’une pierre tombale

Pierres Tombales

Schéma de pierre tombale 1. semelle, 2. soubassement, 3. stèle, 4. tombale

 

Le monument funéraire se compose de plusieurs pièces destinées à être assemblées pour former un ensemble, la tombe1 :

  • Semelle : appelée aussi « passe pied », c’est la partie horizontale qui forme l’assise du monument.
  • Soubassement : appelé aussi « parpaing », il constitue la base du monument funéraire. Carré ou arrondi, il peut être muni d’un prie-dieu ou d’une jardinière.
  • Stèle : élément vertical de forme variée (doucine, parchemin, cœur, tulipe, triangulaire) destiné à recevoir l’épitaphe et l’ornement (lithogravure, sculpture en bas relief, pâte de verre), directement planté dans le sol ou rehaussé par un socle.
  • Tombale : élément horizontal recouvrant tout ou partie de la sépulture. De forme (plate à pentes, en chapeau de gendarme, débordante) et de dimensions variables, elle peut recevoir les mêmes ornements que la stèle et ouvre sur le caveau.

La gravure funéraire orne la tombale ou la stèle. Généralement de 5 types de couleurs (blanc, or, noir, brun Van Dick, argent), elle permet d’inscrire le nom et prénom du défunt, ainsi que sa date de naissance et décès.

Le rechampissage est la rénovation par le marbrier funéraire d’une gravure sur pierre tombale qui a tendance à s’effacer.